Cohésion sociale

L’asbl est reconnue comme structure de Cohésion Sociale depuis 2011 par la COCOF.

Dans le cadre de cette reconnaissance, FEZA organise des cours de français, une permanence sociale, des activités sportives et des ateliers familles:

  • Apprentissage du français
  • Sensibilisation et l’information sur différentes thématiques de société
  • Accès aux droits et devoirs
  • Découverte du fonctionnement et la culture du pays d’accueil
  • Participation à des actions communes
  • Exercice d’une activité sportive hebdomadaire
  • Mobilisation

Développement de l’autonomie et l’émancipation

FEZA organise 4 cours en journée, 9h/ semaine, avec des ateliers citoyens. Deux cours en Alpha pour non francophone et deux en FLE. Chacun des cours compte 6h de cours d’apprentissage et 3h de cours d’appropriation par semaine. Le contenu des cours ainsi que les thématiques travaillées permettent au public cible d’acquérir un niveau de connaissance en français et de développer son autonomie et émancipation.

Apprentissage et appropriation du français parlé, lu et écrit en tant que levier d’émancipation, d’autonomisation, d’inclusion sociale et professionnelle

L’accueil de FEZA ainsi que sa méthodologie dans ses cours d’apprentissage et d’appropriation, avec une attention particulière sur les questions et besoins du public cible (santé, parentalité, citoyenneté, démarches administratives, utilisation des outils numérique, smartschool…), permet au public cible de se former afin d’être plus autonome et émancipé et de revendiquer sa place dans la société.

Finalité de notre projet de cohésion sociale :

Plus de femmes migrantes autonomes et émancipées en Belgique, qui communiquent en français, exercent et revendiquent leurs droits et se mobilisent pour l’émancipation individuelle et collective.

Nos activités favorisent l’émancipation et l’autonomie du public cible. Nous y parvenons via l’information, la sensibilisation et la formation. Dès le début de la formation, les activités que nous mettons en place partent des questions et besoins des participantes. Nous les sensibilisons sur l’importance de la participation active de chacune dans le processus de formation. Au début de nos cours, certaines ont peu ou pas de liens avec l’extérieur. Elles montrent une lourdeur, une passivité à participer à l’une ou l’autre activité. Certaines viennent par leur propre volonté à FEZA d’autres par obligation du CPAS. Pour beaucoup, les démarches administratives (Commune, CPAS, mutuelles, factures…), passent avant leurs cours et activités de loisirs. Elles n’osent pas dire qu’elles ne sont pas disponibles lorsqu’elles ont un rendez-vous avec le CPAS, un jour de cours/activité. A FEZA, en même temps qu’elles apprennent à parler et à lire en français, elles s’informent sur leurs droits et devoirs. Elles apprennent qu’elles peuvent reporter un rendez-vous lorsqu’elles sont occupées, à une date prochaine selon leurs disponibilités. Choisir son jour de rendez-vous, leur donne confiance en elles. Lorsqu’elles apprennent à communiquer en français, elles commencent à prendre la parole en groupe, parlent d’elles, de leurs familles, de leurs choix… Ces échanges permettent la création de liens sociaux. Elles s’échangent des adresses utiles. Mais encore, elles organisent des actions pour leur quartier, se mobilisent pour le bien être individuel et collectif. Chacune s’émancipe selon son souhait et son rythme. 

Nos activités s’inscrivent dans une démarche interculturelle. Dès l’inscription, nous sommes attentives à composer les groupes avec des personnes de différentes cultures. Au début de la formation, nous établissons le règlement d’ordre intérieur avec les participantes pour que chacune puisse présenter aux autres ce qui est important pour elle dans le cadre de sa formation mais aussi entendre les besoins des autres. Parler de leurs questions et besoins dans un environnement bienveillant permet aux participantes d’avoir confiance en ce lieu. La démarche interculturelle se poursuit tout au long de la formation, à travers les thématiques de travail où les savoirs faire et savoir être des participantes sont valorisés ; apprendre ensemble, partager au groupe sur son histoire, ses besoins, ses difficultés en toute confiance. Mais aussi de faire bénéficier le groupe de ses connaissances et bénéficier soi-même des connaissances d’autres femmes. Nous réalisons également des tables de conversation et des activités familles ouvertes au quartier où nos participantes rencontrent d’autres publics. 

Pour FEZA, le vivre-ensemble n’est possible qu’à travers la rencontre et la bienveillance.

Nos activités s’inscrivent dans une démarche citoyenne. A l’inscription, les participantes sont informées qu’en plus des cours d’apprentissage, nous organisons des ateliers d’appropriation sur des thématiques choisies avec le public ; histoires de la Belgique, histoire de l’immigration, ateliers Social Santé, parentalité, droits et devoirs, formation NTIC…

Au début de la formation, certaines de nos participantes nous font savoir qu’elles préfèrent plus de cours de grammaire et de conjugaison. Mais au fur et à mesure qu’elles se rendent compte que les activités répondent à leurs questions et besoins en tant que femme, mère et citoyenne, elles nous montrent et témoignent leur contentement.

Retour en haut